LE MANDALA OU DESSIN CENTRE :

UN TRAVAIL SUR SOI

​​​​​​​​​​​ QU’EST-CE QU’UN MANDALA OU DESSIN CENTRE ?

« Mandala » est un mot sanscrit, langue ancienne, littéraire et sacrée de l'Inde, appartenant à la famille des langues indo-européennes, qui signifie « cercle ».

Appelé aussi « Dessin centré », au sens plus large, sans connotation particulière, le Mandala désigne des diagrammes de formes variées rondes, mais aussi carrées, octogonales, etc. organisées autour d’un centre.

Les mandalas sont présents partout : dans le cosmos (les planètes du système solaire...), dans la nature (les fleurs, la section transversale de fruits ou légumes...), dans notre corps (la cellule, l’œil...).

Les mandalas sont aussi présents dans toutes les cultures : cromlechs préhistoriques, motifs celtiques, arabesques, rosaces des cathédrales, plans des sanctuaires, kolams et rangolis en Inde, mandalas de laine mexicains, danse des derviches tourneurs......

                                                                                                  

​​

LA PRATIQUE DU MANDALA : UN TRAVAIL SUR SOI

* la périphérie du mandala et son centre, délimite un espace centré, sacré et inviolable qui nous appartient exclusivement. Nous sommes maître de notre espace.

* ce dessin centré nous permet d’exprimer notre état intérieur, en toute liberté, ‘’sans mots dire’’ et cependant, peut-être aussi, ‘’maux dire’’, en mettant hors de soi, et en déposant notre état d’être, dans l’espace protégé de notre mandala, grâce à une synergie entre nous-mêmes et ce que nous exprimons par les formes et les couleurs choisies, sans interprétation autre que la nôtre.

 

CHEMINER VERS LA SOURCE DE L’ÊTRE C’EST :

* avoir le choix de modèles variés de mandalas, dont l’un va résonner en profondeur dans l’être

* être accompagné dans sa pratique créative, en lui laissant libre cours :

- Etape 1 : colorier le mandala choisi

- Etape 2 : compléter à sa guise une structure choisie puis la colorier,

- Etape 3 : créer librement, selon son inspiration, son propre mandala avec des matériaux divers ou avec des collages.

* s’acheminer peu à peu vers le centre de l’être, en progressant tranquillement, à son rythme, ‘’en intimité avec soi’’ et en confiance dans l’espace sécurisé de la forme centrée choisie

* se mettre à l’écoute du centre de l’être, entrer en contact avec l’énergie de vie et favoriser une dynamique de distanciation, de transformation, d’évolution, de dépassement...

* exprimer son ressenti, le partager avec la praticienne à l’écoute attentive et bienveillante, et s’entendre le dire en conscience,

* accueillir les prises de conscience émanant de la Source de l’Être, à présent accessible, pour nous inviter à découvrir tous les possibles et les horizons inattendus, que la pratique du mandala a mis en lumière en nous libérant peu à peu du passé pour mieux éclairer l’avenir.

QUELQUES CONSEILS POUR LA PRATIQUE

☼ un Mandala est un Dessin centré qui répond à des critères précis : cette forme aura toujours un centre, très bien marqué, et une périphérie fermée. Si la figure est décentrée ou n’a pas de centre, elle n’aura évidemment aucune action de recentrage sur le pratiquant. ‘’S’il n’y a pas de centre ou de périphérie dans une image proposée il ne s’agit pas d’un mandala. Je mets en garde tout de suite le public par rapport à certaines publications qui sont faites actuellement, de dessins dans des cercles qui ne peuvent pas relever de cette définition. Car le centre doit être prégnant il est le moteur de tout le travail ‘’ (Marie Pré).

  

                 Figure décentrée

Pas de point focal central bien marqué 

  Pas de périphérie fermée

‘’ Le mandala est une question de structure et de cohérence. L’équilibre qu’il procure vient de l’organisation autour de son centre. Un simple coloriage n’est pas inscrit dans une structure. Certes, cela permet de s’accorder un temps pour soi, donc automatiquement de se détendre. Mais à mon avis, les résultats n’auront rien à voir, notamment d’un point de vue psychique.’’ (Laurence Luyé-Tanet)

☼ le Dessin centré doit être proposé, et non imposé. ‘’ La personne doit pouvoir choisir la forme qui va lui convenir afin d’entrer en résonance profonde avec elle. Ainsi elle semble prendre en main cet outil comme si elle reprenait sa vie en main, et recontactait ainsi son autorité intérieure.’’ (Marie Pré) ‘’ La règle générale sera que pour faire pratiquer d’autres personnes, surtout dans un cadre éducationnel ou thérapeutique, il est essentiel d’en avoir soi-même une bonne expérience.’’ (Christian Pilastre)

 ne jamais commencer un nouveau Dessin centré tant que le précédent n’est pas terminé.

Sinon, le mettre de côté pour le reprendre plus tard, et en parler avec la praticienne.

la création et la mise en couleurs d’un Dessin centré peut se faire en plusieurs fois.