​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​

INTRODUCTION A LA PÉDAGOGIE DE MARIE PRE

                                                                     

 

La Pédagogie de Marie Pré est basée sur la pratique et sur l’expérience.

 

‘’ Créer un mandala permet de mettre de l’ordre et du sens dans notre vie lors de périodes de doute, de confusion ou de questionnement. Cette forme centrée nous aide à nous recentrer, à aller à l’essentiel, à abandonner de vieux fonctionnements énergivores ou mortifères, à laisser tomber les croyances limitatives, pour accéder à une plus grande liberté et nous mettre en accord avec notre véritable identité positive.

La mise en couleurs d’une image centrée est un jeu, un va et vient continuel entre le centre et la périphérie, le plaisir de jouer avec les harmonies colorées à l’intérieur d’une forme que l’on a choisie parce qu’elle entre en résonance avec notre état intérieur du moment. Le centre du mandala est l’image de ce point d’équilibre à l’intérieur de nous, cette zone de paix au- delà de l’agitation du mental et du monde extérieur, au-delà de la confusion et du stress. Le coloriage d’un mandala a toujours un effet de recentrage. C’est une méthode de relaxation dynamique où l’esprit, au lieu d’être tourné vers les activités extérieures comme à son habitude, se recentre sur lui-même, et dans ce processus, se déconnecte de son fonctionnement habituel. De centrifuge, son fonctionnement devient centripète. Cette expression graphique particulière ouvre à une nouvelle conscience de soi et induit une restructuration spontanée de la personne.

Sur la base du modèle de l’organisation cérébrale de Paul Mac Lean, Marie Pré explique comment le stress qui affecte les étages automatiques du cerveau, bloque la circulation de l’influx nerveux. Aujourd’hui, celle-ci reste une bonne base qui justifie la partie paléontologique et évolutive de la théorie : le cerveau humain est le résultat de périodes de céphalisations successives.’’  (Christian Pilastre)    

 

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​

Dessin centré et ‘’mise en cohérence cérébrale’’

la périphérie fermée du Dessin centré crée notre espace protégé, c’est le monde physique en nous, le corps et les sensations, il agit sur le cerveau reptilien

l’activité créatrice dans le mandala, entre le centre et la périphérie, c’est le monde émotionnel, relationnel et psychique, il agit sur le cerveau limbique

le monde de la prise d’informations intuitives et logiques, agit sur le néocortex

le monde du projet, de la relation à l’autre, agit sur le cortex préfrontal.

La verbalisation, durant le partage, et la mise en mots permettent :

‘’La mise en cohérence cérébrale‘’ → l’influx nerveux circule librement

 

‘’Quatre mondes en nous qui ne sont pas toujours d’accord entre eux. Ce travail de recentrage et de ‘’mise en cohérence cérébrale’’, est destiné à les rassembler, à nous rassembler pour donner d’une façon juste à l’autre, sans confusion.

Tant que nous sommes dans les modes réactionnels nous ne pouvons pas être dans la vraie relation.

Aller chercher en soi l’information profonde de « Qui on est et pourquoi faire ? », nous permet de prendre notre juste place.’’ (Marie Pré)

CONCLUSION

Les tâches qui nous incombent consistent à mettre un terme à nos revendications puériles vis-à-vis de nos parents, à oser désobéir et à assumer la responsabilité de notre propre existence. Elles consistent à identifier nos blocages et à les dépasser pour découvrir et valoriser notre propre essence.

C’est une méditation sur le cheminement de l’être que chacun fait avec la pratique du mandala, et celle-ci nous mène vers le processus d’individuation, cher à C.G. JUNG, c’est-à-dire prendre en mains la responsabilité de notre réalisation propre dans notre incarnation présente, devenir le créateur de notre propre existence, en dépassant notre vécu antérieur et en faisant progresser le curseur pour faire le constat de ce qui fut, et ne pas stagner dans la stérilité du ressassement et de l’évitement.

L’idée du mandala a été introduite dans la psychologie par C.G. JUNG.

La voie du mandala consiste en une méditation active et curative visant au développement et à l’enrichissement personnel.

Le mandala contient et organise les énergies archétypales des symboles universels de l’inconscient, d’une manière qui devient assimilable par la conscience.

Dans la pratique du mandala, nous créons notre propre espace sacré, un lieu de protection, un centre de réunification sur lequel concentrer nos énergies (d’après Marie Pré).